Les petits et grands secrets de l’école

Enquête

Vous vivez avec, pas loin. Parfois, vous y entrez quelques secondes, quelques minutes au mieux. Mais l’école de vos enfants reste un monde secret, familier mais inaccessible. Naturellement, vous vous interrogez : que se passe-t-il entre 8h30 et 16h30 ? Qui fait la loi ? Pourquoi n’y a-t-il pas de porte aux toilettes des tout-petits ? Et puis le métier de cantinière est-il le plus pénible du monde ? Vous saurez tout !

doisneau-rentrc3a9e_opt-2

©cp.lakanal.free.fr 

 Les phobiques de l'école sont-ils juste des tire-au-flanc ?

Malheureusement, non. La phobie scolaire n’est pas juste invention d’élèves fainéants pour rester à la maison et manger des Chocapic tranquillou. Elle existe et toucherait même, selon les estimations, entre 1 à 5% de la classe d’âge des 12-19 ans. Mais, alors, d’où vient-elle ? Marie-France Le Heuzey, responsable de l’unité de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent de l’hôpital Robert-Debré à Paris, explique : “Les raisons de cette ‘phobie’ varient d’un cas à l’autre. Mais il y a certains facteurs communs : peur excessive de l’échec, du jugement des gens, des professeurs ou des autres élèves. Des situations de harcèlement ou de cyber harcèlement sont fréquemment impliquées. La phobie scolaire est aussi souvent liée à une peur ancienne de la mort et de la séparation, quelquefois réactivée par un traumatisme plus récent.” Quels sont les signes d’une phobie scolaire chez un élève ? Il sèche les cours. Ou passe ses journées à la bibliothèque. Puis il ne peut plus se rendre du tout dans son établissement. Et est victime de crises d’angoisse, d’attaques de panique, de crises de larmes. Enfin, sa vie sociale se rétrécit. Plus d’activités extra-scolaires, plus de sorties, plus de copains. Pour venir à bout de cette saloperie, il faut évidemment consulter.

Pourquoi les enfants ne racontent-ils jamais rien en rentrant de l'école ?

Ne vous énervez pas. Ils n’y peuvent rien. En effet, les enfants en bas âge, à l’école maternelle notamment, n’ont pas la même mémoire que les adultes. Le Dr Rafi Kojayan, pédopsychiatre, développe : “Un élève de petite section de maternelle ne pourra pas forcément raconter en détails ce qu’il a fait pendant la matinée ou l’après-midi, car sa mémoire n’est tout simplement pas assez structurée. De même, il ne faut pas s’étonner qu’il ne se souvienne pas du prénom de ses camarades.” Alors comment susciter le souvenir ? “Parfois, il va suffire d’un mot pour que l’enfant, par association d’idées, se mette à raconter quelque chose de sa journée de manière spontanée, ce qui montre au moins que l’envie est là...” L’autre solution consiste à considérer l’école comme un endroit où l’enfant acquiert de l’autonomie, et d’accepter en conséquence qu’il ne vous raconte pas tout. Mais est-ce vraiment satisfaisant ?

Les enfants qui ne mangent pas à la cantine le midi ratent-ils quelque chose ?

Chaque midi, à 11h30, des parents se présentent devant les écoles primaires ou maternelles pour aller récupérer leurs enfants et les amener manger à la maison. Ainsi, dans une classe d’une trentaine d’élèves, entre deux et cinq élèves échappent généralement à la cantine chaque midi. Pourquoi ce choix ? Parfois pour des raisons financières, la cantine coûtant un prix certain. Mais le plus souvent par peur que son enfant ne mange pas bien à la cantine. Ce qui est sans doute une peur légitime. Mais quand même. “La cantine fait partie intégrante du processus de sociabilité, insiste Laurent, directeur d’une école maternelle dans la région lilloise. Comme dans la cour de récré ou dans la salle de classe, les enfants se rapprochent, ils se rapprochent aussi du personnel de l’école. Les enfants qui ne viennent jamais à la cantine ratent une dimension de la vie scolaire.” Et puis on finit toujours par s’habituer aux cordons bleus mal décongelés…

image question 3_opt-2

© Francetvinfo.fr

Pourquoi la cloche ne sonne-t-elle pas toujours à la même heure ?

Tous les parents qui ont l’habitude d’attendre leurs enfants à la sortie de l’école l’auront remarqué : la cloche varie. Un jour c’est 16h28, un autre 16h25, parfois 16h30. Et pour ceux qui laissent leurs enfants au goûter, c’est pareil : 17h55, 17h58, 18h02. Alors, d’où vient le problème ? Thierry est directeur d’une école primaire dans le Loiret. “Ça surprend beaucoup les parents, mais la sonnerie de l’école n’est pas programmée à une heure fixe. Elle est activée manuellement soit par moi, soit par une instit, soit par un surveillant. D’où les variations.” Mais l’explication n’est pas encore complète: “Bon, du coup, on ajuste un peu en fonction de qui nous arrange… La veille des vacances, ça sonne plutôt à 16h22. Le vendredi, aussi.” Tout s’éclaire.

Est-ce vraiment obligatoire de dire à l'école qu'il a des poux ?

Légalement, rien ne l’oblige. Mais que souhaitez-vous ? Que la maîtresse puisse prévenir tous les parents et que ceux-ci fassent le nécessaire pour que le problème de poux soit rapidement réglé ? Ou que la maîtresse ne sache rien et que cette histoire de poux dure toute l’année au risque de revenir sur la tête de votre propre enfant ? Pour vous aider à trancher, Anaïs, institutrice en maternelle, a un argument de poids : “Quand on prévient les parents qu’il y a un problème de poux dans la classe, on ne cite jamais le nom de l’enfant porteur.”

Mais que mangent-ils au goûter quand on a oublié de leur en donner un ?

Nicolas, animateur en écoles maternelle et primaire, est confronté à la question chaque jour depuis douze ans. Comment nourrir ces pauvres gamins qu’on a privés de leur Savane et de leur compote, par oubli ou désamour ? “Dans les écoles où je travaille, rien de spécifique n’est prévu pour ces enfants-là… Souvent, on commence par essayer de faire en sorte que ceux qui ont un goûter le partage. Ça marche parfois. Mais souvent, c’est difficile, il n’y a pas assez à partager. Alors, on a recours à un grand classique : le pain de la cantine, celui qui n’a pas été mangé le midi. Un peu sec, pas très funky, mais bourratif… Ça fait l’affaire.” Vraiment ? En effet, les enfants qui doivent se contenter de pain rassis sont souvent stigmatisés par leurs camarades mieux lotis. Au point qu’une expression pleine de dédain est même apparue dans les cours de récré : “Tu veux du pain ?” Traduction libre : “Tu fais vraiment pitié !”

C’est quoi la somme raisonnable à donner à la coopérative scolaire ?

Évidemment, il n’y a aucune somme plancher. Rien n’oblige même à donner. La seule motivation est de contribuer aux sorties scolaires des enfants. Mais alors combien donner ? Quelle est la moyenne ? Arlette, directrice d’une école maternelle dans le centre-ville d’Amiens, a fait les comptes : “En moyenne, sur une année, les parents donnent 30 euros. On a 150 élèves. Le calcul est vite fait : on tourne généralement, autour de 4500 euros annuels. Ce qui nous permet d’aller au cinéma une ou deux fois dans l’année, et aussi de louer un car pour un pique-nique en fin d’année. Rien de dingue.” Sauf exception. “Une année, un papa avait fait un chèque de 1500 euros… J’avais cru à une erreur, sur le coup, mais pas du tout. Il pouvait, et ça lui faisait plaisir de donner.”

Pourquoi n'y a-t-il pas de porte aux toilettes à l'école de maternelle ?

Votre enfant n’aime pas faire caca à l’école ? Même pipi, cela le dérange un peu, puisque c’est une fille ? On la comprend. En effet, dans les écoles maternelles, les toilettes sont ouvertes au vent. Pas de porte. Pas d’intimité. Les courageux qui osent se soulager dans les toilettes de la cour sont ainsi exposés aux quatre vents et susceptibles de voir le ballon leur tomber dessus en pleine grosse commission. Mais pourquoi pas de porte ? “Cela fait partie du cahier des charges qu’une école maternelle doit respecter, répond Arlette, directrice d’une école maternelle dans le centreville d’Amiens. Il y a plusieurs raisons pratiques. D’abord, sans porte, ils ne s’enferment pas dedans, et n’ont pas besoin d’un adulte pour leur ouvrir. Et puis ils ne se coincent pas les doigts dans la porte.” Mais il y autre chose. “C’est aussi une façon, il faut le dire, de se protéger de toute suspicion sur le comportement d’un adulte se trouvant dans les toilettes, derrière une porte, avec un enfant… ”

image question 2_opt

© Art Limited

 Texte Nicolas Dumont // Source photos Pinterest. 
Retrouvez l'intégralité des secrets de l'école dans le Doolittle n°28.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


huit − six =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous aimerez aussi

Must have

En mode wax

By Kenzo Kids

Votre kid a toujours le smile, d’un enthousiasme débordant, il sautille, crie, rigole (il vous fatigue un peu mais chut) et parmi ses moyens d’expressions privilégiés, les tenues de sa … lire la suite