Girl, you’ll be a woman soon

Cinéma

Jusqu'au au 26 juillet, le Forum des Images lance son nouveau cycle, intitulé « La jeune fille ». Avec le dossier spécial du nouveau numéro de Doolittle ("Trop mimi pour être sexy ! Et si on laissait les petites filles grandir ?"), on ne pouvait pas passer à côté de cette programmation.

36398-fdi_120x176-la-jeune-fille_bat

Le Forum des Images, installé aux Halles de Châtelet, dévoile un choix de films qui questionnent notre regard sur la féminité, sur la puberté ou sur le genre, et qui abordent aussi les rapports entre les différentes générations. Sous le regard des caméras, les jeunes filles se confrontent à la vie, bien souvent à l’encontre des conventions sociales, alors même qu’elles construisent encore leur identité. Petite sélection de films que vous pouvez voir avec vos filles, qu’elles soient encore petites ou déjà (presque) femmes.

 Peau d’âne, de Jacques Demy

peau-dâne

L’adaptation du célèbre conte de Perrault : à la mort de son épouse, un roi choisit d’épouser sa fille, la seule qui soit capable de rivaliser avec la beauté de la défunte reine. Sur les conseils de sa marraine la bonne fée, Peau d’âne tente par plusieurs moyens d’échapper à ce triste sort. Un film musical et coloré qui émerveille encore toutes les générations de spectateurs.

Séance le 14 juin à 14h30.

Lolita, de Stanley Kubrick

21875-sue-lyon-dans-lolita-1358x0-5

Un classique du cinéma. Adapté du roman éponyme de Nabokov, le film raconte l’histoire d’Humbert, un brillant prof de lettres qui développe une attirance sexuelle pour la (trop) jeune Lolita. Dans les années 60, la sortie du livre et celle du film font toutes les deux scandale.

Séance le 14 juin à 21h.

 Bande de filles, de Céline Sciamma

fenty-5447c1c63edce

Lorsqu’elle se fait adopter par une bande de trois autres jeunes filles, Marieme apprend enfin à s’affirmer. Elle s’affranchit des interdits, et décide de changer de nom : désormais, elle s’appellera Vic, « comme victoire ». Mais pas toujours facile de s’assumer et d’acquérir son indépendance, surtout quand on habite en banlieue et que personne ne se décide à vous laisser une chance.

Séance le 20 juin à 21h.

Lolita malgré moi, de Mark Waters

edf7e4ea46ca14a641c19a90efbf84fe5afcb71f

Au lycée, les règles sont simples : c’est la dure loi de la jungle. Et pour cause, les jeunes – en particulier les filles – ne sont pas toujours très tendres entre eux. Cady, nouvelle élève dans l’établissement, va devoir lutter pour ne pas se faire bouffer : entre elle et le petit groupe de mean girls, c’est la guerre. Et c’est toujours la plus peste qui gagne.

Séances le 12 juin à 21h, et le 21 juin à 14h30.

Le père de la mariée, de Vincente Minnelli

Le-pere-de-la-mariee-Vincente-Minelli-1950

Un père doit marier sa fille, et peine à la voir ainsi devenir femme. Surtout lorsqu’il s’agit de la confier à un autre homme que lui. Une comédie pleine de tendresse, reprise en 1991 dans une adaptation très drôle avec Steve Martin et Diane Keaton.

Séances le 17 juin à 16h30, et le 21 juin à 21h.

Doolittle s’est rendu au Forum des Images pour la projection de Mustang, présenté à l’édition 2015 de la Quinzaine des réalisateurs.
Retour sur ce film bouleversant de la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven, qui met les jeunes filles au premier plan.

 Capture-decran-2015-05-23-a-12

Les longs cheveux bruns qui ruissellent sur leurs épaules et leurs visages évoquent les mustangs, ces indomptables chevaux américains symboles d’irrévérence. Lale et ses 4 sœurs vivent dans un village reculé et conservateur de Turquie, élevées par leur grand-mère. Engluée dans la tradition, celle-ci les laisse tout de même vivre  "tranquilles", se balader la tête dénudée et même fréquenter une école mixte. Jusqu’au jour où tout bascule et où la coutume terrasse leur douce innocence. Alors qu’elles rentrent de l’école, les 5 sœurs croisent des garçons de leurs classes, se baignent avec eux pour fêter la fin de l’année scolaire, et osent grimper sur leurs épaules. La rumeur se propage dans le village, les jeunes filles auraient "frotté leurs entrejambes contre le cou des garçons" et leur famille craint qu’elles aient été "souillées". Elles sont emprisonnées dans la maison familiale, qui devient une "usine à épouses". Du jour au lendemain, elles ne vont plus à l’école et les aînées sont tour à tour mariées de force. Lale la cadette, intelligente et intrépide, observe tout cela d’un œil bienveillant mais révolté et promet de partir à Istanbul, la moderne… Un film éclatant qui sonne comme un véritable appel à la révolte et à la liberté.

Sortie en salles le 17 juin 2015

Tarifs : 6€ la séance, 5€ tarif réduit, 4€ pour les - 12ans.
Plus d'infos sur le site du Forum des Images

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


neuf − = trois

Vous aimerez aussi