Dans les coulisses de la nouvelle parade Disney

Reportage

Disney Stars on Parade, c'est la nouvelle parade que vous pouvez depuis quelques semaines découvrir au parc Disneyland Paris, un nouveau voyage au pays de l’Imaginaire qui célèbre les 25 ans du parc ! Nouveaux chars, nouvelle musique, nouveaux costumes et chorégraphies inédites : la nouvelle parade va faire briller tous les yeux des enfants ! Elle est plus que jamais le temps fort de toute visite du parc et Doolittle a eu la chance de rencontrer quatre des personnes qui ont participé à sa réalisation. Direction les coulisses du parc, là où tout est pensé et orchestré. Vous ne vous en doutiez peut-être pas, mais pendant que vous vous amusez et testez le dernier voyage Star Tours, une (très) grande équipe s'affaire juste à côté ! 

Anne-Gaëlle Tual, Costumière production
 AG-DISNEY

Quel est votre parcours et comment êtes-vous arrivé chez Disneyland Paris ?

Cela fait 11 ans que je travaille chez Disneyland Paris, je suis arrivée en tant qu’habilleuse pour un nouveau spectacle puis, j’ai évolué petit à petit dans l’entreprise et cela fait maintenant 4 ans que je suis à ce poste de costumière. Au quotidien, je travaille auprès des designers, je choisis avec eux les tissus qui conviennent aux costumes. J’ai un budget pour l’ensemble de leur production, je passe les commandes et ensuite, j’approvisionne l’atelier de couture où je me rends très souvent. Je gère tout le suivi pendant la période nécessaire par exemple, il a fallu 18 mois pour toute la réalisation des costumes de la nouvelle parade. 

Comment se déroule l’élaboration des costumes ?

Au sein de l'atelier de création, il y a 5 designers costumières qui réalisent les maquettes des costumes des spectacles et qui suivent toute la partie fabrication et 5 costumières production dont je fais partie qui s’occupent du suivi de l’ensemble du spectacle : choix des tissus, coûts des costumes, faire fabriquer par les ateliers de couture les premiers prototypes de costumes que nous allons ensuite valider. On intervient lors de la production, puis lors des répétitions, il faut que les danseurs s’habituent à leur rôle, à être à l’aise dans leur costume, nous sommes aussi présentes pour les derniers ajustements. Les répétitions se déroulent le soir quand le parc est fermé, on a souvent 2 à 3 semaines de répétition pour un spectacle, tout doit bien fonctionner pour le jour J ! 

Disney1
Les dessins des costumes avant leur confection, à l'atelier de création.

Tous les costumes que l’on voit sur la parade sont réalisés dans cet atelier ?

Ils sont tous imaginés et créées dans l'atelier de création. L’atelier couture se trouve aussi en coulisses et comprend environ 40 personnes. Il y a des modistes, modélistes, couturières, on travaille aussi avec un cordonnier, un carcassier qui nous fait des grandes structures en cordes à piano par exemple.

Combien de costumes peut-on admirer sur la parade Disney Stars ?

Trente nouveaux costumes ont été dessinés pour cette nouvelle parade. Il y a trois jeux de costumes pour les différents danseurs ainsi, une parade représente à peu près 300 costumes !

Comment orchestrez-vous la confection des costumes ? Par quoi commence-t-on ?

Au tout début, nous organisons des réunions avec la designer, le metteur en scène, le designer chars et nous travaillons tous en étroite collaboration. On brainstorme et à partir de cela on travaille ensuite sur des maquettes, les couleurs...

Quel est le costume le plus complexe que vous ayez eu à concevoir pour cette parade ?

Le costume le plus complexe mais qui est aussi celui que je préfère, c'est celui de la Bird Girl, inspirée des oiseaux et de la jungle que l'on retrouve sur le char « Jungle Book ». Nous avons dû travailler sur le poids, le volume : c'est une création à part entière qui a nécessité des techniques de fabrication particulières !

Disney3
Les dessins de la Bird Girl
Bird Girl
Et le résultat du costume en live !

 Quels sont les costumes qui suscitent le plus de réactions chez les enfants ?

Le costume est différent à chaque parade car on l’adapte au char mais les princesses reviennent toujours, Mickey et Minnie aussi, les visiteurs ont envie de voir les classiques.

Avez-vous déjà essayé l’un des costumes ?

Dans chaque atelier, j’essaie tous les costumes, je bouge pour voir si c’est mal coupé ou on fait essayer s'ils ne sont pas à ma taille (rires) ! 

Avez-vous des enfants ? Si oui : Quel âge ont-ils ? ça leur fait quoi d’avoir une maman qui travaille chez Disneyland Paris ?

Ils ont 8 ans et 10 ans et ils savent bien que leur maman fabrique les costumes, ils sont habitués surtout qu’ils ont un papa décorateur qui travaille aussi à Disneyland Paris ! A la maison, on fait de la couture ensemble. J’ai  réalisé un tutu de danse pour ma fille dernièrement, et à chaque nouveau spectacle je les emmène à Disneyland Paris pour qu’ils voient le projet. Ils sont impressionnés.

BONUS :

Quel est votre film Disney préféré ? La Belle et la Bête
Si vous étiez un personnage Disney, lequel seriez-vous ? La fée Clochette !

Vasile Sirli, Directeur de la Musique

SIRLI VASILEweb

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

J’ai étudié très tôt la musique. C’est un parcours et une formation complète de musique classique mais j’appartiens à la génération de la naissance du rock, de l’explosion du jazz dans les années 50/60. A la fin de mes études, la société des auteurs compositeurs en Roumanie m’a sollicité pour que je devienne éditeur de musique. Quelques années plus tard, j’ai fait savoir que j’avais pas mal de créations musicales en tant que compositeur. J’ai commencé à donner des compositions pour le théâtre, le cinéma, la chanson. C’était le début d’une autre carrière. A 31 ans, on m’a proposé d’être le directeur de la seule maison de disque de Roumanie pendant 4 ans. Puis je suis venu en France.

Comment êtes-vous arrivé chez Disneyland Paris ?

En arrivant en France en 1986 j’ai voulu travailler en freelance, pour la liberté. J’ai travaillé pour diverses maisons de disques. Un jour, un ami metteur en scène m’a mis en relation avec Jean-Luc Choplin qui était alors sollicité par Euro Disney pour être le futur vice-président artistique. Ce qui a attiré Jean-Luc Choplin c’était le fait que j’étais à la fois créateur, producteur et administrateur. Lui-même est un grand musicien (flûtiste) avec l’oreille absolue.

Quelles sont vos différentes interventions dans l’élaboration de la parade ?

J’interviens au tout début de la substance musicale de la nouvelle chanson. La chanson est formée d’une partie nouvelle, autrement dit du titre phare Lost in the Magic (musique originale) ainsi que des références à des musiques qui représentent les chars (medley). J’étais impliqué dès les premières ébauches du concept de la parade, de l’esthétique, des designs, et les premières maquettes de la musique. En février/mars 2017, nous avons enregistré une version française pour quelques interventions par des artistes français. Il y a également une étape de post-production (montage final, mixage final, mixage dans le parc). Nous sommes toute une équipe, y compris du point de vue administratif/légal, traduction des paroles, mise en place des partitions, plus les ingénieurs du son, qui participent à ce processus de post production.

La musique fait partie intégrante de la magie de la parade, pouvez-vous nous expliquer comment cela fonctionne ?

La parade est un spectacle vivant d’une durée limitée et toujours très sensible à transmettre le même message à tous les spectateurs. En mouvement donc, il faut veiller à ce que l’on donne tant aux spectateurs qu’à ceux qui l’interprètent. On cherche tout de suite à avoir des belles mélodies, des rythmes et accompagnements très « swingués », pour donner envie de taper dans les mains et transmettre du plaisir dans une durée assez courte, concentrée. La magie opère par le contenu musical (mélodie, rythme, swing), concentration mélodique et musicale.

Par exemple, j’imagine que vous travaillez en direct avec les chorégraphes ? Pour travailler la synchronisation notamment.

Tout à fait, on tient toujours compte du concept chorégraphique et mise en scène mais aussi de ceux qui interprètent la chorégraphie. Quand on danse sur un char on danse sur une musique qui pourrait durer infiniment, toutefois ils défilent devant le public et le public doit avoir le même spectacle partout, de Fantasyland à Main Street. Les boucles sont créées de façon à ce que le chorégraphe puisse exprimer ce qu’il souhaite par les mouvements. Il s’agit d’une collaboration étroite et essentielle. On doit donner au chorégraphe l’opportunité de faire des chorégraphies attractives, mais aussi aux performers qui doivent se retrouver dans cet enchaînement de musique, car ils peuvent être perturbés par beaucoup de choses (temps, sol, température, lieu, l’effet sur le public etc.).

Comment se déroule la composition musicale des différents morceaux ? et d'ailleurs combien y en a-t-il au total sur cette parade ?

On doit rendre hommage dans une parade à tous les sujets que l’on évoque, en l’occurrence ici 8 unités. Pour Peter Pan par exemple, on ne peut pas évoquer toutes les chansons du film, idem pour la Petite Sirène : on prend donc seulement une ou deux mélodies qui évoquent ce char. Nous avions le désir de faire un spectacle très riche musicalement. Le spectacle de rue n’a pas l’avantage d’avoir une scène, une lumière spéciale, donc la musique est d’autant plus importante pour mettre le public dans l’ambiance. La musique répond à ce que le char nous propose d’un point de vue visuel.

Quel est le plus complexe dans la composition de la musique ?

La musique de la parade est très complexe, elle doit pourtant paraître simple à celui qui regarde les chars défiler. Il doit y avoir une impression de renouvellement de la musique. Comme une image en 3D. On n’écrit pas dans la même tonalité pour chaque instrument. Complexité d’apprentissage de la musique, on se forme toute la vie, toujours quelque chose de nouveau, on essaye de s’améliorer constamment. A Disneyland Paris, la complexité est d’appliquer tout ce que l’on a appris des différents courants musicaux en très concentré dans nos spectacles pour donner ce sentiment d’accessibilité et de simplicité.

Où se trouvent les studios d’enregistrement ?

Tout près d’ici ! Lorsque je suis un peu fatigué je n’ai qu’à sortir du studio, passer la porte pour entrer dans le parc, je vois le sourire des visiteurs et je me sens reboosté pendant quelques minutes.

Quelle est votre bande originale préférée issue d’un film Disney ?

Question difficile ! Au-delà du fait que je sois un grand fan de bonne musique, les musiques Disney sont excellentes. Le niveau de qualité est très haut, il y a de grands compositeurs, de grands arrangeurs, de grands ingénieurs, de grands interprètes. J’adore les films dans lesquels l’imagination n’a pas de limite, comme dans les grands classiques Disney. Mais si je devais en retenir un seul, j’adore les Frères Sherman (années 1960) dont l’un des meilleurs exemples est Mary Poppins. Tendresse, humour… tout y est !

Avez-vous des enfants ? Quel âge ont-ils ? ça leur fait quoi d’avoir un papa qui travaille chez Disneyland Paris, vous posent-ils de questions ? 

Tout d’abord, en Roumanie, nous n’avions pas la culture Mickey Mouse ou Disney Club. Ça n’existait pas. Quand j’ai signé chez Disneyland Paris ma fille avait environ 14 ans, elle était ravie. C’est une violoniste, qui avait déjà 7 ou 8 ans de formation de violon à l’époque. Mon épouse est musicologue. Notre fille a donc grandi dans une famille de musiciens, et la discrétion est toujours là, quoi que l’on fasse. Quand on écrit un livre, on ne parle pas de ce que l’on écrit. Idem pour la musique. Ce n’était pas une discrétion relative à mon travail chez Disneyland Paris, mais une discrétion en générale. Elle était toujours très fière, et désormais elle a elle-même des enfants, et pour eux Papi est un petit héros car il travaille pour Mickey. Mes petits-enfants sont ravis, mais pas du tout envahissants !

BONUS

Quel est votre film Disney préféré ? Les studios Disney sont de grands conteurs, c’est donc difficile de choisir un film par rapport à un autre. Mais je reviens à Mary Poppins, avec son humour, le mélange entre artistes vivants et dessins animés, la musique. Le Livre de la Jungle est un film extraordinaire également.
Si vous étiez un personnage Disney, lequel seriez-vous ? Peut-être Baloo !

 

Olivier Dussautoir, Char designer & Françoise Baffioni dit Fanfan, Metteur en scène

Quel est votre parcours ?

Olivier Dussautoir :  J’ai commencé à Disneyland Paris en y travaillant le week-end, je faisais des études aux Beaux-arts de Paris et j’étais danseur dans la Parade en extra car j’ai aussi une formation en conservatoire de danse. J’ai travaillé pendant presque 6 ans dans la division spectacle, puis je suis devenu marionnettiste, un accident de travail a changé mon parcours et j’ai finalement réparé ces marionnettes puis j’ai fini par en créer ! Au fur et à mesure, j’ai commencé à dessiner des décors, des accessoires et je suis passé au bureau de scénographie en tant que graphiste jusqu’à mon poste aujourd’hui. Je suis scénographe et en charge du développement artistique sur la parade.

Olivier web 
Fanfan : Avant d’arriver à Disneyland Paris, j’étais danseuse en compagnie de ballet puis j’ai eu un enfant et j’ai voulu arrêter de courir le monde. J’ai vu une audition pour Disney et je suis venue, j’ai été engagée comme danseuse et petit à petit mon chemin a évolué, ici on peut vraiment évoluer, même changer de voie si on le désire. Aujourd’hui, je dirige des chorégraphies sur les parades, des spectacles. 

Fanfanweb

Comment se déroule l’élaboration d’une parade ?

Fanfan : Sur cette nouvelle parade, j’ai travaillé avec Emmanuel Le Normand metteur en scène et tous ensemble avec Olivier, l’équipe des costumes, les lumières. C’est un travail d’équipe. On échange tous sur nos idées et on décide ensemble. 

Olivier : Chaque changement sur un costume ou un décor a une interaction avec le reste, si on change une couleur de costume par exemple, ça peut aussi changer la couleur du char… Ce sont des décors mobiles avec des intervenants, on doit travailler tous ensemble pour raconter une histoire.

En quoi la parade des 25 ans innove par rapport à celles que vous avez conçues précédemment ?

Fanfan : Nous avions envie de travailler des thèmes bien précis, l’imagination avec Peter Pan et les enfants perdus, le thème de Nemo n’avait jamais été exploité non plus, puis on s’appuie beaucoup sur l’avis des visiteurs, ce qu’ils ont envie de retrouver. 

Olivier : L’idée était de ne pas refaire une même parade qui ressemblait à celles d’avant, qui étaient plus des décors vivants pour copier les films. Nous avons créé des sortes d’allégories, on s’est inspiré d’éléments du film (la nature, l’eau) pour le développer différemment. Je dis toujours que les chars sont comme des gros jouets, les décors sont assez aériens, ça bouge malgré leur imposance. Et ils créent la surprise. 

Quelles sont les nouveautés de cette parade ? 

Fanfan : Peu importe où le spectateur est placé, il aura toujours des surprises, des choses à regarder. Il y a 7 nouveaux chars qui ont été designés au total.

Olivier : On a retravaillé des structures, des thèmes par exemple le char du dragon qui existe dans une parade aux USA, nous l’avons imaginé d’inspiration steampunk. Les dessins du départ étaient d’ailleurs très steampunk avec des engrenages dans tous les sens sauf que l’on s’est aperçu en cours de route que certains thèmes ne collaient pas à cette inspiration comme Nemo. Alors, on a distillé des petites références à Jules Verne, à Eiffel pour ce côté rétro futuriste.

Dragon 
Le char dragon inspiré du mouvement Steampunk.

Comment se déroule la création des chars ?

Olivier : On commence par faire la liste des personnages préférés, celle aussi des personnages que l’on ne voit pas dans le parc (aucun personnage de Nemo par exemple), on a voulu créer une histoire, puis on commence les premiers dessins. On regarde aussi toutes les parades réalisées dans les autres parcs Disney, puis on détermine ce qu’on nomme un line-up, le passage des chars en fonction de leur histoire mais aussi de leur taille car ils ne sont pas tous de la même dimension afin de donner une variation.

Disney4 
La construction du char se déroule à l’extérieur, je le compare vraiment au développement d’une voiture car il y a toute la partie esthétique mais aussi toute l’ingénierie et la mécanique (une vingtaine de personnes y travaillent). Cela demande de nombreuses modifications en cours de réalisation par exemple pour le char de Nemo, il y a eu 90 versions de dessins 3D. Ensuite, il y a les répétitions techniques, puis les répétitions générales. Nemo
Le char Nemo en live.

 Quel a été le char le plus complexe à réaliser ? Avez-vous un char préféré ?

Olivier : Le char qui a été plus complexe à réaliser est celui dont je suis le plus fier c'est celui de Nemo. C’est un peu comme une composition florale, il y a vraiment un rythme, les bonnes couleurs… et le plus technique c’est le premier char avec Mickey et le livre qui s’ouvre. 

char open 

Comment avez-vous conçu cette nouvelle chorégraphie ? Comment s'orchestre-t-elle ?

Fanfan : En termes de chorégraphie, ici nous avons à disposition de grands studios de danse où nous avons répété pendant plus d’un mois et demi. Sur une parade, c’est plus de 100 personnes qui s’animent et en tout 300 personnes qui apprennent les chorégraphies. Nous avons fait appel à un chorégraphe, Matt West, qui a beaucoup travaillé à Broadway afin d'échanger nos idées. Nous essayons des pas par rapport à la musique créée pour la parade, il y a un thème principal et ensuite chaque char a des variantes liées à sa thématique. On voulait trouver des styles de chorégraphies qui répondent à chaque thème de char. Pour La Reine des Neiges par exemple, on a fait quelque chose d’un peu plus slave. La boucle de danse est d’environ 2 minutes que les danseurs répètent plusieurs fois tout au long du char.

Olivier : Tout le travail est là : trouver la bonne distance entre les chars pour ne pas qu’il y ait un mélange de musique, laisser du temps sans trop en laisser. Chaque char a une antenne et un GPS qui leur permettent de communiquer entre eux, on connait les distances qu’il faut. Chaque char aujourd’hui a sa propre musique. Toutes les voix sont embarquées dans les personnages. 

Quelle est la partie que vous préférez dans tout ce processus ?

Fanfan : J’aime tout l’aspect créatif qui se passe avant mais j’avoue que lorsque l'on arrive au moment où tout se met en place et que l'on commence à voir ce que l’on avait imaginé, c’est super.

Olivier : Moi c’est plutôt après, je suis allé voir la parade avec mes filles il y a peu et voir le sourire des enfants, c’est merveilleux. J’ai bossé 2 ans et demi sur le projet et on est tellement dedans que l'on n’a plus de regard extérieur. J’apprécie de voir les réactions des visiteurs après le lancement.

Avez-vous des enfants ? Quel âge ont-ils ? ça leur fait quoi d’avoir un parent qui travaille chez Disneyland Paris, vous posent-ils de questions ? 

Fanfan : Mes filles plus petites (elles ont aujourd’hui 16 et 25 ans ndlr) me posaient beaucoup de questions, je répondais naturellement en préservant toujours la magie et le rêve !

Olivier : Mes filles ont 8 et 12 ans, je partage beaucoup avec elles, j’attends toujours leur avis avec intérêt. Lorsque l’on a vu la parade ensemble, elles m’ont dit des choses qui ne leur plaisaient pas, sur des petits détails, elles sont très critiques (rires). La Reine des Neiges reste imbattable, c’est le char qu’elles ont préféré.

BONUS

Quel est votre film Disney préféré ?

Fanfan : Le Roi Lion
Olivier : Un film que peu de gens connaissent : Taram et le chaudron magique

Si vous étiez un personnage Disney, lequel seriez-vous ? 

Fanfan : Cendrillon, ça a toujours été ma préférée !
Olivier : Stitch ! ça me va bien !

Pour découvrir le parc & la parade Disney on Stars, direction Disneyland Paris
Crédits photos : (c) Disneyland Paris & Doolittle
Propos recueillis par L.L
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


un + neuf =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Vous aimerez aussi

Recevez le meilleur de Doolittle